Prendre l’air

Moments compliqués

Derrière les tenues quotidiennes, les jolis plats, les monuments parisiens ou les photos d’ananas jetés dans des piscines, il y a de vraies vies, de vraies tristesses et des crises de larmes qui se déclenchent aux premières notes de “Pour que tu m’aimes encore” de Céline Dion (si c’est le cas, c’est que ça ne va pas très bien).

J’ai remarqué qu’en “abaissant” cette barrière de vie parfaite et imaginaire à travers mes articles, vous avez été de plus en plus nombreuses à me confier les “bobos” de votre vie (et cela m’a beaucoup touchée).
Ces dernières semaines, j’ai traversé (et je traverse toujours) un épisode familial psychologiquement épuisant. Sans réussir à l’évacuer, je m’entendais pleurer de l’intérieur, au bord de l’implosion. Et cela peut arriver à tout le monde, voici mes quelques conseils pour traverser ces passages compliqués:
Etre entourée des bonnes personnes. On sort de sa vie les personnes toxiques, mal dans leur peau, jalouses, qui ne font qu’aggraver ce type de situation. Famille, conjoint, meilleurs amis, incroyables collègues, sont la clé.
Régler ses problème seule, même s’il est primordial d’être soutenue par nos proches.
Ne pas avoir honte et ne pas penser à travers les autres. On évite de se dire qu’il n’est pas normal de réagir/penser de telle ou telle manière. Nous vivons tous différemment la souffrance et personne ne peut juger cela.
A contrario, ne pas devenir dingue et se griller professionnellement. On s’interdit des crises de colère, notamment au bureau, on se contient. Difficiles à justifier par la suite, difficiles à oublier pour vos collègues qui risquent de vous surnommer “l’hystérique sous Xanax du 2ème étage”.
Se focaliser sur autre chose. On se concentre sur le travail, et surtout sur les tâches importantes, on ne se laisse pas déborder et on dit “non” s’il n’est pas possible de tout faire. Faire du sport n’est pas une mauvaise idée. Pour ma part, je me suis isolée sur Instagram en faisant comme si de rien n’était et à force, j’y ai cru.
Quand c’est trop, c’est trop. On prend une valise qu’on remplit à la va vite, on saute dans la voiture et on part n’importe où. Personnellement, j’ai filé à la campagne, j’ai vécu en maillot de bain, démaquillée, à boulotter des chips et j’ai enfin respiré.
PS: Merci à Edward, mon incroyable frère, pour tes bras et tes t-shirts mouillés par mes larmes. Merci à Anaïse, de me connaître aussi bien et de me tendre les mouchoirs avant que je ne te les demande.

Outfit

Robe: The Kooples

Merci de m’avoir lue !


Crédits photo: Edward Berthelot

 


Comments (5)

  1. oh c’est si bien écrit. Quelle que soit cette épreuve je te souhaite beaucoup de courage et surtout, que cela puise s’apaiser bientôt.

    Reply
  2. C’est vrai que parfois la vie est dur, et être entouré par les bonne personnes c’est très important et c’est dans les moments difficiles qu’on le remarque. Moi je ferais comme toi la campagne le vide totale ca fait énormément de bien, bon courage

    Reply
  3. C’est si beau ce texte! Ca me touche beaucoup aussi, je traverse également une période fatigante sur le plan familial… Et c’est parfois difficile de tout gérer! C’est parfois rassurant de voir que derrière des images épurées se cachent aussi des vies de monsieur et madame tout le monde avec ses joies ses peines et ses doutes!
    Sur un autre sujet, merci pour le tip Louboutin sur un de tes précédents articles, j’hésitais vraiment à m’en prendre ma 1ère paire, mais si je n’arrive pas à faire ma journée au bureau avec… autant opter pour autre chose 🙂

    Bonne journée à toi!

    Reply
  4. Tellement vrai ! J’ai l’impression de me voir dans ton récit… et je confirme que tes conseils fonctionnent. Quand c’est trop il faut s’echapper et dans les bons comme les mauvais moments bien s’entourer et ejecter les parasites (oui c’est un peu violent dit comme ça haha) Des bisous ma belle. Améni

    Reply
  5. Superbe comme toujours <3
    Tu vois en ce moment je vide la maison de mes grands-parents récemment décédés, et avec le reste de la famille c'est pas toujours facile, on se crie parfois dessus (bon moi je tente de rester zen), mais au final on se fait la bise haha
    Gros bisous!

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *