Franco-sino-vietnamienne

Mes origines

Un père franco-chinois, une mère vietnamienne et un nom de famille français. Un physique asiatique pour les caucasiens, un physique de métis pour les asiatiques. Vous êtes nombreux à avoir plusieurs origines et j’ose imaginer que vous vous êtes sûrement posé les mêmes questions que moi: qui suis-je ? D’où je viens ? Pourquoi ce monsieur que j’ai croisé dans la rue me dit “Ni Hao” ?
Ce soir, je vais aborder cet épineux sujet des origines, de mes origines et de la manière dont je vis avec, avec ses avantages et ses inconvénients, tel que le racisme “banal”.

Jacques et Yu Lien Berthelot – Mes grand-parents paternels – 1972

Qui suis-je et d’où je viens ?

Résultats des belles heures de l’époque coloniale, les métis ont plusieurs origines parfois difficiles à retracer. Du côté de ma mère, la famille est vietnamienne mais sa grand-mère était française, et d’après maman, elle était rousse aux yeux verts. Du côté de papa, mon grand-père Jacques a épousé une chinoise, Yu Lien. Mes parents sont nés au début des années 50 et ont grandi à Saïgon (aujourd’hui Hô Chi Minh) durant la guerre du Vietnam. Dès l’enfance, Papa a appris en même temps le français (comme son père), le chinois (comme sa mère) et le vietnamien (la langue du pays). De la même façon, Maman parlait depuis toute petite le français et le vietnamien. A l’âge de 18 ans, quand le lycée français de mon père a été réquisitionné, il a rejoint le lycée Marie Curie, dans lequel était scolarisée ma mère. Un soir, à la fin des années 60, mes parents allaient à une fête de lycéens et, n’ayant pas respecté le couvre-feu, ont été gentiment renvoyés chez eux par les militaires. A toute vitesse, ma mère me raconte qu’elle a sauté dans la dernière voiture qui quittait le lieu, une décapotable blanche MG (de fille) avec une plaque intérieure portant l’inscription “MIMI” – mon père s’appelle Michel, elle avait quoi se poser des questions – Ouf, c’était la voiture de sa grande sœur Emilienne ! En 1971, ils sont amoureux et partent faire leurs études supérieures en France, Maman en fac d’anglais, Papa en école de commerce à Rouen. Ils pensent revenir vivre au Vietnam.

Cela ne sera pas le cas, le 30 avril 1975, le pays tombe définitivement dans les mains des communistes. Mes grands-parents quittent le pays dans le dernier avion Air France, mon oncle pilote un des hélicoptères évacuant les gens depuis les toits à l’arrivée des chars vietnamiens et sa femme, aidera au tri des réfugiés sur l’île de Guam. Un autre oncle, qui a refusé de partir, est transféré dans un camp de redressement vietnamien.

Jacqueline et Michel – Année 70/80 – Pas de mauvaise blague sur leurs prénoms, merci

Je suis née le 5 décembre 1990 à Paris. J’ai une relation fusionnelle avec mon grand-frère, Edward, qui a 7 ans de plus que moi. Mon prénom est May, ça n’est pas la mayonnaise “Maille”, ça n’est pas asiatique “Meï”, c’est simplement le mois de mai en anglais 😉

L’acceptation

C’est seulement à l’adolescence que la question de mes origines s’est posée. Enfant, je ne me voyais pas du tout différente, j’étais une “petite française” comme tout le monde. Effectivement, on me disait que j’étais naine mais à la rigueur, c’est toujours le cas (et cela fera l’objet d’un autre article). Je pense que le “problème” a véritablement commencé en classe d’anglais, en Terminale, quand un camarade de classe a imité ma mère avec un accent asiatique. Je n’ai pas compris. Tout simplement car je n’ai jamais remarqué son accent et qu’aujourd’hui encore, je ne l’entends pas. Pourquoi je grandis moins vite que les autres ? Pourquoi on m’imite avec les yeux bridés ? Pourquoi j’ai les cheveux lisses et noirs ? Pourquoi je chausse du 35 ? Pourquoi il y a dans ma cuisine, de la soupe Pho et de la blanquette de veau ? Est-ce que je suis différente ? Je réalise que je suis française mais qu’on ne me considère pas comme telle, en France.

A l’âge de 19 ans, je ne peux plus continuer à me poser toutes ces questions et je demande à mon père de m’emmener pour la première fois depuis mes six ans, au Vietnam. Le premier soir, je tombe sur un serveur qui fait la même taille que moi. En me baladant dans la ville, je me rends compte que je suis de taille normale. Malheureusement, je me rends vite compte que je ne parle pas la langue ou très mal et qu’on se moque de moi. On me dit que je viens de Singapour, de Hong Kong, que j’ai des traits vietnamiens mais que je ne le suis pas. Au milieu du voyage, je suis triste car je ne me sens pas française, ni vietnamienne, ni chinoise. Durant cette semaine, mon père m’emmène voir son ancienne maison, celle de ma mère, leurs lycées et je commence à me sentir mieux. Le dernier soir, il demande au chauffeur de s’arrêter devant un restaurant et il me dit “Le soir où les militaires nous ont chassés, c’est ici que j’ai emmené ta mère dîner”. Et je pleure pendant tout le trajet du retour.

Dans l’avion qui me ramène à Paris, je comprends la chose qui m’a réconciliée avec moi-même: je ne suis pas l’une ou l’autre de mes origines, je suis à la fois française, à la fois vietnamienne et à la fois chinoise. Le métissage est une force et il n’est pas nécessaire de faire un choix.

Edward et May – Paris – 1991

Le racisme banal – Le racisme anti-asiatique ?

C’est LE sujet du moment. Suite au sketch pathétique de Kev Adams et Gad Elmaleh, à l’assassinat d’un homme à Aubervilliers, la communauté asiatique s’est soulevée et commence à se faire entendre. Ce soir, je partage avec vous mon “Top réflexions racistes”.

1/ “Pourquoi tu travailles dans la lutte anti-contrefaçon ? Ça vient de chez toi ces trucs”
2/ Environ tous les mois, souvent par des mecs dans la rue “Ni Hao” “Ching chong”
3/ “Est-ce que vous habitez dans le 13ème arrondissement ?”
4/ “Est-ce que vos parents tiennent un restaurant chinois ?”
5/ “Salut Katsumi !” – souvent en boîte
6/ Par 3 mecs plutôt chics en entrant dans un bar et sans aucune discrétion “Tu t’es déjà tapée une asiat’ ?” “Non, c’est bizarre, je pourrais pas” – Je ne suis pas un animal, merci – sur le coup, je n’ai rien dit
7/ Une vieille dame dans la rue qui promenait son caniche “Vous êtes une bouffeuse de chiens, comme les gens de votre race” – j’ai répondu “Grouille toi de rentrer chez toi sinon je vais bouffer le tien”
8/ “Tu pourrais faire des nems ?”
9/ “Et le business en Chine, ça se passe comment en ce moment ?” – Je ne suis pas chinoise, j’ai jamais mis les pieds là-bas donc je ne sais pas

Bien évidemment, entre amis, on s’autorise quelques petite boutades racistes et je ne suis pas contre. Cependant, je rappelle à tous que je ne passe pas mes soirées à coudre des faux jeans Diesel dans la cave avec ma famille, que je ne parle pas “asiatique” (ça n’est pas une langue pour info), que je ne me nourris pas exclusivement de rouleaux de printemps et que, je n’en suis pas un par ailleurs.

Maman & moi – Paris – 1992


Comments (55)

  1. Superbe article May,
    J’ai adoré en apprendre davantage sur toi et ton histoire, je ne me rendais pas compte que tu pouvais avoir le droit à ce genre de remarques racistes … Les gens sont sidérants !
    Gros bisous

    Reply
    1. Et oui malheureusement.
      Je te remercie et t’embrasse 🙂

      Reply
  2. Ton article est très touchant, merci de nous livrer cette histoire intime. La bêtise humaine on le sait est sans borne… Pour moi, ce métissage est une richesse, un mélange de cultures riche et unique. C’est une vraie chance. Et puis tu es jolie comme un coeur, bien au delà de toute origine. Je suis très admirative de ton parcours. Je t’embrasse. Xxx.

    Reply
    1. Merci infiniment Sonia, je t’embrasse

      Reply
  3. Coucou ! Il y a qqles mois que je n’étais pas venue sur ton blog et je dois dire que cet article est génial et m’a bcp parlé ;). Je suis noire et j’ai souvent droit à du racisme cordial ( ” tu ne parles pas l’africain? , tu n’as que 2 sœurs ? ou mon préféré” tu es jolie pour une noire”. Lol , comme si c’était un compliment ). Les gens qui tiennent ce genre de propos racistes ne se rendent pas de leur gravité et du mal que cela peut faire …mais maintenant qd j’en croise , je les remets à leur place !
    Subir le racisme ordinaire nous fait un autre point commun ( j’ai aussi étudié le droit à Paris 5 ;))
    bonne soirée à toi 😉

    Reply
    1. Hello,
      Mon blog a un mois depuis hier haha 😉
      Je comprends totalement les réflexions que tu as évoquées.. Les gens sont parfois bêtes, on ne peut rien y faire. Si ce n’est de l’ouvrir de temps en temps 🙂
      Belle journée

      Reply
  4. Agréable (on se sent moins seule) et touchant de se reconnaître dans tes mots, ton histoire, tes ressentis et tes coups durs. Très bel article. Merci

    Reply
  5. C’est tellement poignant comme témoignage que j’en ai eu les larmes aux yeux.

    Le métissage est une vraie force mais malheureusement la société dans laquelle on vit à tendance à nous faire avoir honte de cette force, de cette arme…Ce qui fait en sorte que comme toi, les métisses ont eu ou ont du mal à trouver des repères, car de chaque côté il ne sont pas reconnus comme étant “authentiques”, “d’origine”…C’est dommage et très attristant! Mais que peut-on bien y faire à part être juste nous, n’en déplaise à ceux qui chercheront à nous rabaisser…car oui y’en aura toujours des comme ça…tout simplement des ignorants…

    C’est très gentil de partager cette expérience avec nous!

    Bises à toi May comme le moi de Mai en anglais^^

    Fancy Deets

    Reply
    1. Je te remercie pour ton message.
      Le métissage est un problème un peu plus complexe encore.
      Bonne journée 🙂

      Reply
  6. Je te comprends. Je suis indienne et je vis ici depuis 4 ans. Les ‘blagues’ avec la vache, le curry, si je suis sri lankaise, si je parle indien ou hindou, etc sont non-stop. C’est dommage qu’ils soient si ignorants. Et ils ne savent même pas que l’Inde est en Asie!

    Reply
    1. Je suis bien d’accord avec toi et contente de voir que je n’ai pas uniquement des réactions d’asiatiques à proprement parler. Ne les écoute pas 🙂
      Merci et bonne journée,

      Reply
  7. Mon dieu.. j’ai l’impression que tu as résumé un bout de ma vie dans cet article. Outre le fait que je ne suis pas métisse, j’ai été adopté et je comprend tellement lorsque tu dis que tu ne te sens ni totalement française ni totalement vietnamienne.
    C’est vraiment touchant et c’est toujours un plaisir de se sentir moins “seule”.
    Je ne te parle même pas du top 10 des réflexions, c’est mon quotidien aussi.. Heureusement que j’ai des amis en or qui m’entourent et qui sans que je leur demande s’exaspèrent de ce genres de commentaires. En tout cas c’est un bien joli article qui fait, me fait du bien 🙂

    Reply
    1. Salut Marie,
      Je pense que nous sommes nombreux mais que nous ne parlons jamais à voix haute. Je suis contente que cet article te fasse du bien. A moi aussi
      Merci et bonne journée,

      Reply
  8. Bonsoir May
    Merci pour ce superbe article plein d authenticité et de réalisme. Il fait du bien ! Beaucoup de bien. Je vous suis sur insta car j adore votre style mais là vous me touchez profondément. D’origine vienamienne et réfugiée politique suite à la guerre , je me retrouve dans les situations citées et le fait de vous lire me réconcilie avec mon métissage et mes origines. Merci encore !

    Reply
    1. Bonjour Anh,
      Merci pour votre message – Je suis heureuse de recevoir votre commentaire qui me conforte dans l’idée que cet article a véritablement du sens.
      Belle journée,

      Reply
  9. Merci pour ton article. Très intéressant à lire. Je suis d’origine chinoise mais née en France de parents chinois. Il est dur de se sentir à l’aise ici depuis quelques années lorsqu’on a la nationalité, l’éducation et la culture sans pour autant avoir des traits français. Plus le temps passe, plus je prends conscience de ce racisme anti-asiatique. La communauté veut faire quelque chose, veut que cela change, mais on ne trouve pas les solutions de se faire entendre et comprendre. Merci d’être une voix parmi nous, d’en avoir parlé dans ton article.

    Reply
    1. Je pense malheureusement que notre éducation asiatique nous interdit de faire des scandales. C’est contre-nature pour nous. Aujourd’hui, il faut aller au delà pour éviter que cela continue. Merci pour ton message !

      Reply
  10. Très bel article et très belle histoire! pour moi le métissage est une vraie force.
    Je suis apitoyée par les remarques que tu te prends… Ecoeurée de voir comment les gens peuvent être en 2017… mais quel tact et quelle intelligence!

    bises

    Reply
  11. Très joli

    Reply
  12. T’inquiète ! Tu es May , juste May et nous , on t’aime comme tu es ! ❤️

    Reply
  13. Bonjour May,
    Je ne laisse jamais de commentaire, mais ton article est tellement touchant que je ne pouvais pas ne rien dire!
    Superbe article!
    Bises

    Reply
  14. J’aime beaucoup cet article ! c’est cool d’avoir une famille multiculturelle. Chez nous c’est franco-polonais, avec des espagnols aussi. Les fêtes de famille sont drôlement festives 😀 moi je suis coté “est”, je parle un peu la langue mais je n’y ait pas vécu. A part mon nom de famille imprononçable, par contre, mes origines passent inaperçues :/ et quand j’étais enfant je voulais être asiatique (je me faisais les yeux bridés avec du khôl)(personne n’était dupe).

    Reply
    1. ah oui du coup je voulais dire aussi que je suis consternée par les remarques désobligeantes (et cons !) sur tes origines. pffff !

      Reply
    2. Tellement mignonne cette anecdote sur ton enfance 🙂 !

      Reply
  15. On se dit souvent qu’on est en 2017, que la France est cosmopolite, que “tout ça…ce n’est plus de notre temps” et pourtant force est de constater que certaines remarques et “convictions” racistes demeurent malheureusement.
    Quant aux questionnements du “qui suis-je”, “D’où je viens” etc…je pense que nombreux métisses se les posent. Pas évident. Je comprends tellement ce que tu décris quand tu as visité le Vietnam, ça m’est arrivé quand je suis partie à Madagascar. Les traits du visage, la morphologie en générale étaient proches de ce que je suis mais…on ne voulait pas me reconnaître cette appartenance….Il en est de même en France puisque je n’ai pas le physique de la Français typique….

    Reply
    1. Toute la problématique du métissage mixée au racisme, un sujet pas encore abordé…

      Reply
  16. Hello hello !
    Tu as mis les mots sur ce que je ressens bien souvent. Mais je n’ai jamais (ou quasi jamais) subi de propos racistes (si une fois, mais le mec m’a prise pour une Tunisienne et non pour une Asiatique) et heureusement. Après c’est sûrement parce que je suis de Lyon, où c’est plus petit. Je ne sais pas trop.
    On a de beaux mélanges et il faut en être fiers. Mais à force il est vrai que c’est difficile de se sentir appartenir à un pays dans ces conditions… J’ai tellement peur du racisme que pour louer un appartement (à remplacer par un autre exemple qu’importe lequel), je demande à ce que ça soit mon copain qui prenne le premier contact..
    En tout cas tu m’as émue dans ton article. Je suis censée retourner dans le pays de mes origines en 2019, j’ai hâte mais j’appréhende car je ne parle pas la langue comme il faut, je la comprends assez bien, mais pas non plus à la perfection. J’ai peur que mes parents aient honte de moi (je sais que ça ne sera jamais le cas mais bon…). Mais j’ai hâte de renouer avec mes racines, ma famille qui est restée là-bas…
    Je n’ai pas vu ce sketch de ces deux là et j’en suis heureuse, car je pense que j’aurais été révoltée étant donné tout ce que j’entends à ce propos.
    Mais restons fiers de ce que nous sommes, Français et Originaires d’ailleurs. C’est là notre force.

    (P.S. Vous êtes tous beaux dans votre famille !)

    Merci à toi pour cet article ♥

    Reply
    1. Hello, tu reviendras changée après ton voyage 🙂 Je te remercie pour ton beau message et te souhaite le meilleur !

      Reply
  17. Bonjour May, Je tenais à te dire que ton article m’a beaucoup touché. Tu es quelqu’un d’admirable! Do

    Reply
  18. C’est un plaisir de te lire et d’en apprendre davantage sur toi. L’histoire de ta famille est vraiment intéressante et il est important de se rendre compte de la manière dont nos origines nous façonnent et nous permettent de nous construire. La famille de mon père a dû quitter l’Espagne sous Franco : j’en conserve un nom espagnol qui m’a souvent valu des remarques… Mais finalement, celles-ci montrent surtout le niveau intellectuel de ceux qui les adressent… Belle soirée, May

    Reply
    1. Je suis bien d’accord avec toi. Merci ma belle, je t’embrasse !

      Reply
  19. Bonsoir May,
    Tout est dit. Simple et tellement vrai. Je me suis lue et vue dans ton histoire. Malheureusement les a priori ne s’arrêtent pas qu’au physique : discrétion, travailleur, de vrais bosseurs, le côté sensuel des cheveux longs noirs, des gens sans affirmation….le silence est bien mieux, …et blabla.
    Avec le temps, j’ignore complètement ces remarques qui me glissent désormais. Ma légitimité s’appuie sur mes compétences à mon sourire et mon goût pour les belles choses. De vrais armes qui clouent le bec à certains!
    C’était émouvant. Les photos sont tellement touchantes.
    Merci May pour ce partage plein de sens.
    Des bises de moi!

    Reply
    1. Merci pour ton adorable message Sophie !

      Reply
  20. J’ai aussi longtemps eu ce sentiment de ne pas être complètement française, ni algérienne, et d’avoir comme l’obligation de devoir “choisir” entre l’une de ces deux cultures. Je vis maintenant en australie depuis 3 ans, je parle l’anglais couramment, je comprends 4 langues au total et lors de mes récents voyages, je me suis prise d’amour pour le continent asiatique et le vietnam plus particulièrement.
    Mon physique trahit donc mes origines nord africaines, alors que mon mode de vie s’inspire de mes expériences liées à ces 4 continents qui m’ont vu naître, grandir, voyager, ou simplement me forger mon caractère et ma personnalité.

    POURTANT, aux yeux de certains, je ne suis et resterai “qu’une rabzouz”, simplement parce que mon physique en témoigne.
    Je me fiche de savoir maintenant dans quelle(s) case(s) je me trouve (elle seraient bien trop nombreuses à énumérer) et je souhaite longue vie à tous ces esprits étriqués, ainsi qu’à ton blog 🙂

    Ghani

    Reply
  21. Quelle belle histoire (et surtout très touchante). À travers certaines parties de ta vie, je me suis directement reconnue (bien que je ne te connais pas) parce que j’ai vécu un peu les mêmes complexités que toi depuis toute petite (avec aussi trois cultures: française, vietnamienne et cambodgienne). Le côté positif, c’est que tu disposes d’une bonne richesse intérieure (tu sais t’adapter subtilement à différents comportements et codes). Malheureusement comme toi, je n’ai pas du tout l’impression d’appartenir à une culture, impossible de choisir; si j’ai envie d’être dans les trois, je me mets dans les trois, c’est la vie. Bises!
    PS: Ma maman s’appelait aussi May :’)

    Reply
    1. Adorable ton commentaire, merci. Je suis contente de trouver autant de personnes qui sont confrontées à ces questions.Bises

      Reply
  22. Très touchée par ton article ! C’est fou de pouvoir s’y reconnaître moi même, issue d’un métissage (Inde / Iran / Ethiophie et France) ô combien j’ai pu entendre différentes questions presque troublantes, le racisme au quotidien, brutal et parfois bien pernicieux.
    On choisit de se définir et tu as bien raison de refuser de laisser les autres te définir !
    Le métissage est une source d’ouverture d’esprit, de force et de curiosité et aujourd’hui j’en suis très fière ! Le fait de vouloir comprendre tes origines est vraiment beau et je crois aussi que c’est en comprenant d’où l’on vient que l’on saura où l’on va et avec quelles armes.
    Merci pour ce très bel article je reviendrais plus souvent sur ton blog ! Déjà que j’adore ton instagram
    Clélia / Peaky Hunter (sur Insta )

    Reply
    1. Merci infiniment pour ton message Clélia
      xxx

      Reply
  23. Merci d’avoir partagé ton histoire avec nous ! Je suis d’origine vietnamienne, ca me parle bien ! Bises

    Reply
  24. Malgré l’ouverture du monde actuel par l’intermédiaire d’Internet ou de la télé, je n’arrive pas à comprendre la fermeture d’esprit des gens… Le respect n’a pas besoin de “race” ou d’origine! Du moment que deux personnes se font face elle se doivent un minimum de respect et de politesse! Mais faut croire que c’est une vision utopique que d’espérer éviter cette méchanceté gratuite!
    Le pire c’est le “non mais je rigole, détend toi!” Ils ne se rendent pas compte que c’est usant à long terme d’entendre les mêmes railleries!

    Personnellement je n’ai pas de “problème” d’origines. Mais je suis blonde et petite ça suffit pour entendre toujours les mêmes conneries!
    – “De toute façon t’es blonde tu ne peux pas comprendre.”
    – si j’ai le malheur de faire une bourde “allé elle fait encore sa blonde”
    Ou encore des remarques sur un potentiel lien avec l’Allemagne et Donc des blagues sur le Reich! Que je ne trouve absolument pas drôle.
    Ce ne doit sûrement pas etre La meme chose que pour toi. Mais c’est juste pour te montrer que même pour une couleur de cheveux on peut passer sa vie à se faire railler.

    Il en faut peu à la bêtise humaine.

    En tout cas très bel article.

    Reply
    1. Cela est valable pour tout le monde malheureusement.
      Merci pour ton message Charlotte,
      Bises

      Reply
  25. I see your website needs some fresh articles. Writing manually is time consuming, but there is solution for this.
    Just search for; Masquro’s strategies

    Reply
  26. Bonjour May, J’ai adoré ton article, cash, sans filtre ! Je me reconnais dans la plupart de tes paroles étant moi-même d’origines diverses mais bien Française et oui ! C’est typiquement l’histoire de ma vie depuis l’enfance jusqu’à ce jour… pire encore lorsque ceux sont des personnes qui ont des origines proches des tiennes qui te critique parce que tu es selon eux “trop” intégrée à la culture Française, un comble ! Il y a tellement à dire à ce sujet…Merci May pour ce bel article ! Améni <3

    Reply
    1. Bonjour Améni,
      Merci pour ton gentil commentaire 🙂

      Reply
  27. Je lis tardivement ton article et je m’y reconnais tellement. Mon papa est laotien, il a fuit son pays à cause de la guerre. Je n’avais jamais vraiment fait attention à son accent jusqu’à ce que mon amoureux me dise qu’il avait du mal à comprendre ce que lui disait mon père au début de notre relation… J’ai subi tout comme toi ce racisme banal. Il ne m’a jamais fait souffrir parce que je me vois clairement au-dessus de ce genre d’idioties mais je me dis que c’est probablement parce que la communauté asiatique n’a jamais réagi qu’il s’est installé. La discrétion qui caractérise les asiatiques, je la considère comme une force, une marque de sagesse. J’ai toujours été celle qu’on remarquait dans la liste de classe avec son nom francisé qui comptait pas moins de 15 lettres. Celle chez qui ça sent perpétuellement le riz. Chez qui tout repas était un mix entre France et Laos. Ce qui m’a frappée récemment, c’est le sujet des migrants. Ma sœur m’a rappelée quelque chose qui est maintenant gravé dans ma mémoire : “Je suis fille d’immigré”. Et c’est à travers ces yeux-là que je poursuis ma vie… Je suis enseignante et j’ai même eu droit à des propos racistes de la part d’élèves mais de façon indirecte. J’ai été surprise de voir de la part de ma direction la réaction suivante : “C’est juste une mauvaise blague”. Sous prétexte que cet ados avait un humour douteux, il aurait fallu laisser passer ? Bien sûr que non ça ne m’atteint pas mais c’est l’idée que laisser passer ce genre d’attitude chez nos jeunes qui m’attriste. La lutte contre les clichés est loin d’être finie. En somme, je voulais te dire que tu es la preuve d’une belle réussite, et que ton métissage fait ta force. Belle journée à toi.

    Reply
  28. Merci pour cet article, pour ton histoire, pour m’avoir émue et fait rire aussi 😉
    Je suis métis, mes enfants le sont encore plus que moi car leur papa est maroco-tunisien et je dois dire que j’ai peur pour eux : dur de leur apprendre l’amour, la tolérance et le respect dans notre société de merde.
    Comme tu dis et comme toutes les filles le disent, il faut le mettre en avant ce métissage, c’est une force et puis c’est tellement beau 😉
    Bises
    Insta : @paris_trendy_fit

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *